Contrat de travail

Le 05/06/2008
A la une (brève)

Licenciement verbal : pas de régularisation

Le 04/06/2008
A la une (brève)

Modernisation du marché du travail

Le 04/06/2008
A la une

Le changement temporaire de lieu de travail n'est pas une modification du contrat

Tous les changements de lieu de travail ne constituent pas une modification du contrat. Tel est le cas d'un déplacement temporaire d'une commerciale sédentaire, dès l'instant qu'il est justifié par l'intérêt de l'entreprise et n'entraîne aucune gêne particulière pour la salariée, concernant la durée des trajets notamment.

Réagir (1 commentaires)
Le 04/06/2008
A la une (brève)

Faute grave

Le 03/06/2008
A la une

Mauvaises conditions de travail : le salarié peut réclamer des dommages-intérêts

L'employeur a l'obligation de veiller à la santé et à la sécurité de ses salariés. Cette obligation résulte du contrat de travail. Sa responsabilité peut dès lors être engagée en cas d'affection liée aux conditions de travail. La Cour de cassation a clairement affirmé le droit pour les salariés à bénéficier de bonnes conditions de travail.

Le 02/06/2008
A la une

Vers un encadrement des dommages intérêts pour licenciement injustifié

Le ministère du Travail reçoit aujourd'hui les partenaires sociaux, dans le cadre d'un groupe paritaire technique, pour fixer un plancher et un plafond d'indemnisation des salariés en cas de licenciement injustifié. Ce groupe de travail résulte de l'accord du 11 janvier dernier sur la modernisation du marché du travail.

Le 30/05/2008
A la une

" La rupture d'un commun accord est enfin reconnue et sécurisée "

Bernard Boubli, ancien conseiller doyen de la chambre sociale de la Cour de cassation, est aujourd'hui avocat associé du cabinet Capstan. Il a toujours plaidé en faveur de la rupture d'un commun accord. Il dissèque pour nous la nouvelle rupture conventionnelle du contrat de travail.

Réagir (6 commentaires)
Le 29/05/2008
A la une (brève)

Discriminations : la loi publiée

Le 29/05/2008
A la une

Attestation Assedic : son envoi engage l'entreprise

Un employeur a été condamné pour licenciement sans cause réelle et sérieuse sur la foi de l'attestation Assedic qu'il a adressée à un salarié. Ce dernier n'avait pas repris son poste à l'issue d'un arrêt maladie. L'employeur avait inscrit comme motif de la rupture du contrat " non reprise après accident ".