Santé et sécurité

Le 24/10/2018
A la une

Télétravail, déconnexion : Nespresso France signe un accord sur la qualité de vie au travail

© Thomas Coex / AFP

Dans la filiale française de Nespresso, 2018 a été l'année de l'engagement en faveur de la QVT. Trois accords sur cette thématique ont vu le jour, dans un triple objectif : lutter contre l'absentéisme, favoriser l'épanouissement professionnel des salariés et attirer de nouveaux talents. Explications avec Hélène Gemähling, DRH de Nespresso France.

Le 11/10/2018
A la une

Les ouvriers intérimaires sont davantage exposés aux risques professionnels

En dépit de leur faible taux d'absentéisme, les travailleurs intérimaires sont davantage affectés aux travaux pénibles que leurs homologues en emploi stable. Exposition au bruit, manutention manuelle, travail debout et répétitif : le service statistiques du ministère du travail met en lumière dans une étude les difficiles conditions de travail des ouvriers intérimaires.

Le 09/10/2018
A la une

La Cour des comptes recommande la fin de la tarification AT-MP par établissement

Les cotisations accidents du travail et maladies professionnelles doivent davantage correspondre à la réalité de chaque entreprise, recommande la Cour des comptes dans son rapport 2018 sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale. Elle préconise de n'appliquer qu'un seul code risque pour toute l'entreprise et de mettre fin aux exceptions aux règles de tarification.

Le 02/10/2018
A la une

Absences pour fécondation in vitro : gare aux discriminations

Un employeur qui propose une modification du contrat de travail à une salariée suite à plusieurs arrêts maladie prescrits dans le cadre de tentatives de fécondation in vitro (FIV) encourt la résiliation judiciaire à ses torts exclusifs, affirme la Cour de cassation. Et ce, même si la proposition a été refusée par la salariée.

Le 27/09/2018
A la une

Vote électronique : l'employeur doit-il encore faire une déclaration préalable à la Cnil ?

En cas de recours au vote électronique pour l'élection du CSE, le code du travail prévoit l'obligation à la charge de l'employeur d'informer les syndicats de l'accomplissement d'une déclaration préalable auprès de la Cnil. Cette règle doit-elle encore être respectée alors même que le RGPD repose désormais sur une logique de conformité et de responsabilité des acteurs ? Réponse d'Eric Peres, vice-président de la Cnil.