Aménagement du temps de travail : l'accord du salarié ne sera plus nécessaire

Aménagement du temps de travail : l'accord du salarié ne sera plus nécessaire

Demain, les députés doivent définitivement adopter la proposition de loi Warsmann dite de simplification du droit. Parmi ses dispositions, figure l'article 40 ; il permet d'imposer au salarié un accord d'aménagement du temps de travail.
Alors que les discussions entre syndicats et patronat sur les accords compétitivité emploi se poursuivent (trois dates de réunion sont prévues les 23 et 27 mars et le 13 avril), les députés entérineront demain une disposition légale très critiquée par les syndicats.

Accord d'aménagement du temps de travail

Cet article prévoit que "la mise en place d'une répartition des horaires sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l'année prévue par un accord collectif ne constitue pas une modification du contrat de travail" (nouvel article 3122-6 du Code du travail). Autrement dit, dès l'instant que l'employeur dispose d'un accord collectif valable (signé par un ou plusieurs syndicats ayant recueilli au moins 30% des voix aux dernières élections professionnelles), il peut mettre en oeuvre le nouvel aménagement des horaires sans avoir à obtenir l'assentiment de chacun des salariés.
Cette disposition légale (article 40 de la proposition de loi) revient sur un arrêt du 28 septembre 2010 dans lequel la Cour de cassation exigeait au contraire l'accord du salarié pour pouvoir instaurer une modulation du temps de travail (lire l'arrêt ci-dessous).

Pas d'abandon de l'article 40

Cet article 40 a fait l'objet de nombreuses passes d'armes. Dès l'annonce du lancement des négociations sur les accords compétitivité emploi, les syndicats (CFDT en tête) demandaient au ministre du travail de renoncer à cette disposition et que le parlement ne l'adopte pas. Dans un courrier du 10 février dernier, Xavier Bertrand leur opposait un refus catégorique, estimant que l'article 40 ne crée aucune "interférence avec la négociation" en cours sur les accords compétitivité emploi  (lire notre brève et le courrier du ministre).
A l'Assemblée, le député PS Alain Vidalies a demandé à son tour la semaine dernière l'abandon de cet article (lire ici le rapport parlementaire). Jean-Luc Warsmann, député UMP à l'origine de la proposition de loi, lui a opposé la même fin de non recevoir : "cet article est sans rapport avec la conclusion d'accords de compétitivité", lui a -t-il répondu. Toutefois, a promis le député UMP, "j'ai pris l'engagement auprès des partenaires sociaux que, s'ils aboutissaient à un accord revenant à modifier la rédaction de l'article 40, nous nous rangerions à leur position, par respect pour ces négociations".
En attendant l'issue des négociations sur les accords compétitivité emploi, l'article 40 sera adopté demain en l'état.

Documents joints :
Le contenu du site actuEL-RH.fr est réservé à ses abonnés ainsi qu’aux bénéficiaires d’un essai gratuit.
Si vous disposez de codes d’accès, cliquez sur le bouton "M'identifier" en haut à droite.
Sinon, cliquez sur un article puis suivez les instructions.
 
actuEL-RH.fr
actuEL-RH.fr est le journal quotidien d’information en ligne des Éditions Législatives destiné au professionnel de la fonction ressources humaines : directeur des ressources humaines, responsable de la paie, responsable du recrutement, responsable de la formation, chef du personnel, gestionnaire de carrières, juriste spécialisé en droit social, consultant en cabinet de recrutement, consultant en motivation du personnel, coach.
Il traite au quotidien de l’actualité juridique et sociale RH et des dernières évolutions en matières de stratégie et management RH.
La collection des actuEL
actuEL-RH.fr fait partie de la collection des actuEL, « les journaux en ligne pour vous faire gagner du temps ». Pour en savoir plus sur la collection des actuEL, rendez-vous directement sur les sites : www.actuel-ce.fr , www.actuel-hse.fr , www.actuel-avocat.fr et www.actuel-expert-comptable.fr.

actuEL est une marque déposée des Éditions Législatives. Editeur juridique des dictionnaires, cd, net et logiciels permanents